Présidence de la FIF : 5 prétendants pour une couronne

Pour prendre la relève du président Augustin Sidy Diallo qui a décidé la semaine dernière de renoncer à un 3e mandat, à la tête de la Fédération ivoirienne de football ( FIF), cinq  noms sont annoncés dans les starting-blocks. 

Il s’agit de Eugène Diomandé, (président du Sewé Sport de San-Pedro, ) Didier Drogba (  ex-international et capitaine des Eléphants ) Malick  Toé ( ex- Vice-président chargé du sponsoring sous Sidy Diallo  ), Idriss Diallo (ex- vice-président chargé du sponsoring  de l’administration Jacques Anouma ) et Sory Diabaté ex-président de l’Entente Sportive de Bingerville et actuel patron de la ligue professionnelle de football (LPF). Ils présentent chacun des états de services impressionnants. 

  Eugène Marie Diomandé : 

Appelé amicalement dans le milieu de la presse sportive,  le  «  magicien », Eugène Diomandé a attiré toute la lumière sur lui avec le parcours fulgurant du Sewé club de San-Pedro; un club dont il a pris les rênes en Novembre 2003  alors que celui-ci végétait en 2e division. L’année suivante, les portuaires accédaient en première division pour y jouer les premiers rôles au point  d’être sacrés champions de Côte d’Ivoire  trois années de suite. C’est sous son règne que le Sewé Sport disputera pour la première fois de son existence, en décembre 2014, la finale de la Coupe de la confédération Africaine de Football ( CAF ) avec des joueurs tels que  Sylvain Gbohouo, Roger Assalé Claver et Kouamé Christian, passés rapidement internationaux.

Candidat malheureux en 2002 pour la présidence de la FIF,  face à Jacques Daniel Anouma , Eugène Diomande a été le premier à annoncer sa candidature pour les prochaines élections à la FIF. Il a concocté un programme qu’il qualifie d’ambitieux pour le football ivoirien et très avantageux pour les dirigeants de clubs dont il compte avoir les faveurs au soir des élections.

  Didier Drogba :  

L’ex-capitaine des Eléphants, Didier Drogba est le grand bleu de tous les postulants. L’homme n’a jamais dirigé un club de football pas plus qu’il n’a siégé dans un bureau fédéral. Normal, dirait-on, car la légende des Blues de Chelsea, est un jeune retraité des pelouses. Mais dans son état-major, cela ne saurait être un handicap pour l’enfant de Niaprahio qui compte tirer avantage de son influence mondiale pour installer un nouvel ordre, fait dit-on, de professionnalisme et de modernité, à la Fédération ivoirienne de football. Les dirigeants de clubs et autres groupements d’intérêts accepteront-ils d’accompagner Didier dans ses ambitions présidentielles? Les jeux restent ouverts et ça promet. 

  Malick Toé 

Malick Toé ou encore « MT » pour les intimes, est un des meubles de la FIF de ces deux dernières décennies. Conseiller sous Jacques Anouma puis 2e vice-président chargé du sponsoring avec Sidy Diallo avant sa disgrâce, Malick Toé est à la base de la naissance du « GX », le groupement qui a combattu la gouvernance de Sidy Diallo. Des indiscrétions lui prêtent même d’en être le pourvoyeur des fonds et subséquemment le candidat oint par le « GX » pour l’assemblée générale élective de la FIF, à venir. Et L’homme n’entend rien lâcher pour aller au bout de son action.

  Idriss Yassine Diallo.

Quant à Idriss Diallo, l’homme  est un dirigeant bien connu du milieu du football ivoirien. Ancien dirigeant de l’ASEC et autrefois vice-président chargé du sponsoring  sous le règne de Jacques Anouma , Idriss reste un candidat sérieux à  la succession d’Augustin Sidy Diallo. Si personne ne met en doute son expérience et sa bonne connaissance des affaires du football, beaucoup de personnes lui reprochent de s’être volontairement mis à l’écart  de la gestion du football ivoirien.  Et cela, depuis 2011, abandonnant ainsi le combat contre Sidy au « GX », pour aujourd’hui venir tirer les marrons du feu.

  Sory Diabaté

                                               

Actuel  1er vice- président de la FIF, et président de la Ligue Professionnelle de Football, Sory Diabaté portera à n’en point douter, les espérances du clan  Sidy Diallo.  À  la différence des quatre autres challengers, Sory a pour lui, sa présence constante dans la gestion du football ivoirien, ces dernières années. Déjà en lumière sous Jacques Anouma, où il a été Secrétaire Général, 4 ans durant, puis vice-président du Comité exécutif, ( 4 ans encore )  et président de l’équipe nationale au mondial sud-africain de 2010, Sory a continué sa marche en avant pour être aujourd’hui président de la ligue professionnelle de football (LPF). Une belle carte de visite qui a poussé la semaine dernière, une cinquantaine de dirigeants de clubs à se ranger derrière sa candidature. 

                                                  L. KEITA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *