L’invité de plateforme des journalistes. Le ministre des Sports sans détours « La FIF est complètement autonome »

Pour sa première sortie officielle en termes d’activités,  l’Equipe de Presse Sportive de Côte d’ivoire ( EDPSCI ) a reçu le  Ministre  Paulin Claude Danho , le patron du département des sports ivoiriens.  Dans une conférence grâce à la magie de  la théologie sur la plateforme whatsapp  qui regroupe plusieurs journalistes ivoiriens vivant et en Europe issus de toutes les associations confondues, l’invité du jour s’est prononcé sur l’impact négatif de la pandémie de COVID 19 sur les travaux au niveau des infrastructures sportives liées au rendez-vous footballistique  du continent africain la CAN 2023 en Côte d’ivoire et sur les sujets liés  aux  fédérations.

Pour le ministre des sports ivoiriens, les  projets majeurs  frappés par la pandémie se situent au niveau des travaux d’infrastructures. « Les projets majeurs de notre ministère, impactés par la pandémie sont  en premier lieu  lié au niveau d’abord des infrastructures qui abriteront la CAN en 2023. Leur construction a démarré à Korhogo, à Bouaké à Yamoussoukro, à San Pedro et à Abidjan. Mais ces œuvres sont l’affaire pour la plupart d’entreprises chinoises, qui ont du personnel qualifié bloqué chez elles. Nous étudions avec le BNEDT le réajustement du timing qui avait été initialement prévu. Il y a donc un impact certain sur les dates de livraison.  Nous devrions cette année inaugurer le Palais du Taekwondo, ce qui sera également retardé. L’inauguration du Stade Olympique à Ebimpé qui aurait dû se faire dans  les prochains jours a été également retardée. Nous avions également un vaste programme de réhabilitation des infrastructures sportives à travers le pays qui a été ajourné. Sans oublier le vaste programme que nous avions démarré avec les Agoras qui est aussi impacté et retardé », a-t-il reconnu.  Et  Si « la situation est difficile au niveau  des  entreprises de Korhogo et de San Pedro parce que certains ingénieurs chinois ont été bloqués, la situation commence à se normaliser et la construction continue sans interruption à Bouaké et à Yamoussoukro. Les piliers sortent de terre, les travaux avancent très bien. C’est vrai que les restrictions à Abidjan ont impacté la livraison de matériel à l’intérieur du pays. Mais nous avons réglé tout cela avec les dernières mesures édictées par le Gouvernement », soulignera le Ministre ivoirien des sports.

Le ministre en compagnie de quelques journalistes sportifs lors de la décoration

«  L’impact négatif sur la préparation des athlètes »

Il faut aussi souligner  que les athlètes aussi  vivent  lourdement   cette situation.  Et le ministre qui est conscient de cette situation  s’inquiète pour les prochaines compétitions internationales   «  cette situation impacte la préparation de nos athlètes et leur motivation. C’est inquiétant puisque nous avions de réels espoirs de médailles pour ces Jeux Olympiques.  La politique nationale de sport dans son ensemble a été fortement impactée. Tout ce que nous avions programmé en termes de formation, de bourses pour les athlètes est mis entre parenthèses. Et nous sommes obligés d’en tenir compte ».  Malgré  tout,  le ministre Paulin Claude Danho  reste  optimisme.  « Depuis le déclenchement de la crise sanitaire liée au covid 19, nous sommes mobilisés », dira le ministre. Avec la création de cellules de crise, le Ministère a pris des mesures pour épauler les acteurs du secteur. Par contre, « concernant l’aide apportée aux athlètes, nous agissons au travers des fédérations qui bénéficient d’un agrément, d’un contrat d’objectif et qui ont la délégation de pouvoir pour la promotion de la discipline sportive », a-t-il précisé. Pour permettre une meilleure prise en charge de la situation, le Ministre a « demandé aux Fédérations de  faire  parvenir à son cabinet  les états  des lieux des besoins, des contraintes et des apports que nous pouvons faire pour soutenir ces fédérations ». Au-delà de ces dispositions administratives, le Ministère des Sports a décidé « de continuer à donner les bourses aux athlètes de haut niveau et à tous ceux qui en bénéficient pour la continuité du service. Et ensuite nous avons décidé de réaffecter les 240 millions que nous avions prévu pour la préparation des athlètes de haut niveau pour les Jeux Olympiques. Nous avons fait la requête auprès du Ministre du Budget pour que la réaffectation administrative soit faite. Et nous avons d’autres ressources que nous pouvons mobiliser par une plaidoirie auprès du gouvernement que nous pouvons mettre à la disposition des acteurs du mouvement sportif. Nous avons également interrogé les Fédérations sur l’état des besoins des athlètes et des licenciés afin que nous puissions réagir ». Quoi qu’il en soit, « les fédérations seront contrôlées et elles sont contrôlées », a-t-il martelé.

“ Concernant la situation des salaires des joueurs  footballeurs  le ministre a été précis.   « Nous n’avons pas à intervenir au sujet des salaires des footballeur »

Soucieux de respecter  leurs indépendances  aux fédérations sportives, l’invité de l’EdPSCI a été clair. , Il a rappelé que « les problèmes doivent se régler au niveau de chaque fédération. Parce que chacune d’entre elle à ses réalités, ses ressources, son plan de développement et son plan de riposte.  Le Ministère a conféré aux fédérations le pouvoir de gérer les disciplines. Nous avons un contrat d’objectif qui nous permet de suivre et d’apporter notre soutien à la discipline ». Et  « concernant la formule de moitié de salaire proposée par les clubs de football, elle relève de la cuisine interne des footballeurs, des associations et de la vie de la Fédération ». Par conséquent, « nous n’avons pas à intervenir pour faire des arbitrages à ce niveau. La FIF a également un contrat d’objectif et elle reçoit des ressources. Au niveau de la parafiscalité, vous savez qu’elle reçoit la moitié. Elle reçoit certainement des ressources des institutions internationales, des droites télés et de ses annonceurs. C’est une fédération qui est complètement autonome qui saura faire l’arbitrage nécessaire et venir en soutien aux différentes associations membres et partant aux joueurs », et a-t-il précisé  et   de  rappeler  qu’il est le ministre de tous les sports et non du football seulement

Répondant à une préoccupation d’un journaliste  sur les dispositions que le ministère  compte prendre pour apporter une aide supplémentaire en plus de la parafiscalité aux  fédérations dites ‘ ‘mineurs ‘’

Pour le patron des sports ivoiriens   cet aspect a été pris en compte avec l’affectation des 240.millions de frs CFA qui seront  alloués aux athlètes pour la prédation des J.O, les fédérations bénéficieront  de cette  aide pour le fonctionnement des activités.  L’invité de la plateforme des journalistes sportifs, s’est prononcé sur la tournure inquiétante que  prend les débats pour l’élection à la fédération ivoirienne de football.  «  Le football en tant que sport majeur en Côte d’ivoire et partout dans le monde  déchaîne des passions des fois incontrôlées. Et comme  le slogan au niveau de toute discipline sportive est  le fair-play, nous souhaitons que ce slogan  soit au centre de tout débat. Car   le sport qui  est  porteur de valeur doit être  préserver  »   à prodiguer comme conseil aux différents partisans.  

            L. KEITA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *