Ligue 1 Française: Jean-Michaël Seri poursuit OGN Nice en justice pour escroquerie !

Après le feuilleton Seri Jean Michael avec le comité directeur de l’Africa, où certains collaborateurs de Vagba Alexis président du Club Vert et Rouge l’avaient accusé d’avoir utilisé de façon frauduleuse les fruits du transfert de l’international ivoirien Seri Jean Michael, il a fallu attendre la fin du mois d’Août dernier pour voir la vérité  éclatée dans cette affaire.  Après que les responsables que l’Africa Sport reçoivent le virement de leur part.

Après cet épisode, une autre affaire de Seri Jean Michael vient de s’ouvrir cette fois –ci entre l’international ivoirien  et la  direction de  l’OGC Nice. Selon le journal français L’Equipe  Seri Jean Michael a porté plainte ce lundi matin contre la direction du club français pour escroquerie sur la prime de son transfert.

Selon les  avocats de l’international ivoirien , Maîtres Reiss, Dupont et Hissel leur client,  aurait été privé d’une partie de « la « prime sur transfert » à laquelle il avait contractuellement droit » et ses avocats, Maîtres Reiss, Dupont et Hissel expliquent que c’est en montant artificiellement la valeur de Maxime Le Marchand, transféré en même temps que lui, et en sous-évaluant celle de Seri que Nice a pu ne pas souscrire à cette clause. Ses anciens clubs sont aussi lésés puisque le préjudice estimé se situe au-dessus du million d’euros.

L’ancien milieu de terrain de l’Africa et de l’OGC Nice,  prêté à Galatasaray, réclame de son côté 700 000 euros ( 450 . 000. 000 frs )  de la part de son ancien club, racheté récemment par INEOS, propriété de Jim Ratcliffe, l’homme le plus riche d’Angleterre. Celui-ci se serait probablement passé d’une telle entrée en matière mais les avocats de Seri ont commencé à faire pression. « Monsieur Seri espère qu’INEOS, qui n’était pas propriétaire de l’OGC Nice à l’époque des faits, aura à cœur de faire très rapidement toute la lumière sur cette affaire », peut-on ainsi lire. Pour le moment, les dirigeants de Nice  n’ont pas réagi, d’autant que Jean-Pierre Rivère et Julien Fournier, revenus récemment, étaient déjà aux commandes à cette époque.

                           L. KEITA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *