FIF (Élection) / Yacine Idriss Diallo a déposé son dossier de candidature

C’est désormais officiel! Yacine Idriss Diallo a fait acte de candidature à la prochaine élection de la Fédération ivoirienne de football, prévue le 5 septembre prochain. Accompagné d’une forte et impressionnante délégation de sa team, il a déposé son dossier de candidature, jeudi dernier au troisième étage de la maison de Verre. Cette cérémonie de dépôt s’est faite auprès du secrétaire général de la commission électorale Indépendante, le préfet hors grade,  Sam Etiassé, par ailleurs directeur exécutif de la FIF. A travers cet acte, Yacine Idriss Diallo démontre une fois de plus sa volonté de succéder au président sortant Augustin Sidy Diallo. 

En plus de tous ses documents demandés en tant que tête de la liste « Rassembler pour Développer « , YID, comme on se plaît à l’appeler affectueusement a aussi déposer tous les justificatifs  des 17 membres qui composent sa team à l’occasion de cette élection. Aussi a t’il adjoint à l’ensemble de son dossier la liste de tous ses parrainages au nombre total de 24, y compris les clubs et groupements d’intérêt.

 C’est un candidat visiblement heureux et confiant qui s’est présenté devant les hommes de médias pour faire sa déclaration. « Mes frères et sœurs qui aiment le football en particulier, je viens avec la délégation qui m’accompagne, de déposer la candidature de notre liste pour l’élection à la présidence de la Fédération ivoirienne de football, prévue le 5 septembre prochain. Avant d’aller plus loin, je voudrais avec respect me recueillir pour le décès de notre regretté Premier Ministre, Amadou Gon Coulibaly que j’ai eu la chance de connaître. Il était un aîné pour qui j’avais beaucoup d’affection. Je présente mes condoléances à sa famille biologique, à sa famille politique et en particulier à son Excellence monsieur le Président de la République de Côte d’Ivoire qui a été très éprouvé. Je leur dit aussi que dans la foi et avec la foi, nous devons continuer à prier et de vivre » s’est il exprimer.

Poursuivant,  le vice-président de l’AFAD a affiché toute sa détermination à relever le défi  au soir de ce scrutin. « J’aime le dire à mes collaborateurs et à mes collègues, c’est que dans la vie, il n’y a pas de hasard. Nous sommes aujourd’hui, jour de Arafat qui pour nous les musulmans est un jour important. Un jour où notre posture doit être l’humilité, la foi, l’abnégation, la croyance en Dieu. Et en ces moments, je voudrais demander à tous mes frères  de la famille du football de comprendre que nous sommes dans une compétition sportive et rien d’autre. Il faut désarmer les cœurs, les langues et les plumes.  Le principe du sport, c’est le fair-play, l’éthique. Il faut comprendre que nous sommes dans une compétition qui va durer 90 minutes, maximum 120 minutes, peut-être des tirs au but. Mais à la fin, c’est-à-dire le 5 septembre prochain, il y aura un vainqueur. Ce vainqueur-là,  sera le président de toute la fédération ivoirienne de football. Avec mon équipe, nous allons travailler avec rigueur et sérieux pour obtenir cette élection. Nous ferons tout pour la gagner », a-t-il affirmé avec véhémence. »

Non sans manquer de mentionner qu’il tendra ses mains à ses adversaires.  « Ce que je peux dire, c’est que quand nous la gagnerons Inchallah, nous ferons appel  à nos deux frères. Que ce soit le candidat Sory Diabaté qui pour moi est un frère avec qui j’ai travaillé il y a quelques années, au temps de Jacques Anouma; Que ce soit Didier Drogba qui est un joueur, une icône indiscutable, un jeune frère que nous avons emmené en équipe de Côte d’Ivoire. Quoi qu’il arrive, je ferai tout avec mon équipe pour gagner et je leur demanderai  de travailler ensemble  », a ajouté l’ancien président de l’AUC (Abidjan Université club). 

 Dans la même veine, Yacine Idriss Diallo a envoyé un message fort à ses probables adversaires. « Si nous sommes adversaires aujourd’hui,  c’est tout simplement parce que nous voulons apporter quelque chose au football ivoirien. Il n’y a pas de raison que dans un élan d’esprit positif que nous avons tous, que nous engagions une guerre. Partons sur nos programmes, nos projets, nos valeurs et partons sur notre capacité à changer, à rassembler. C’est ça qui fera la différence », a-t-il dit.

Avant d’appeler la presse à accompagner ce processus-là dans la paix. « Je voudrais donc demander à la presse aussi de jouer un rôle d’apaisement et non d’attisement. Je sais que quand n’y a pas de conflit, vous n’arrivez pas à vendre. Car vous avez besoin de buzz. Mais, s’il vous plaît,  la Côte d’Ivoire mérite mieux que ça. Notre élection est suivie de tous, des sportifs, des non sportifs, des Ivoiriens et de ceux qui sont hors de Côte d’Ivoire. Donnons-leur des leçons d’une nation sérieuse, d’un pays organisé et des dirigeants organisés qui ont un seul objectif : remettre le football ivoirien au firmament du football africain, voir mondial. Je compte sur vous tous, pour prôner ce message de paix, d’amour et de rassemblement. En tout cas pour ma part et pour tous mes collègues,  nous resterons dans cette ligne jusqu’à l’élection. Et Inchallah, nous serons vainqueurs », a-t-il conclu. 

                      V. Soumahoro




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *