Amza Gamal (Président OSA) / « Sory Diabaté a plus d’expérience et le meilleur profil pour diriger la FIF »

A la veille du scrutin à la présidence de la FIF, Amza Gamal, par ailleurs président de l’OSA, club de troisième division a vite fait son choix. A l’en croire, l’actuel président de la LFP, à savoir Sory Diabaté présente un CV et un projet séduisant pour aller à la conquête de la FIF. Cette confidence, Amza Gamal nous l’a faite lors d’un entretien dans un chic restaurant à Angré.

Interview. 

Comment avez-vous accueilli la décision du président Sidy Diallo de ne plus briguer un 3ème mandat ?

C’est une décision salutaire. C’est aussi sage de sa part après avoir passé 8 ans à la tête de l’institution. Je pense qu’il part au bon moment. Il faut saluer sa grandeur d’esprit. 

Quels commentaires faites-vous de son bilan après 8 années de gestion ?

Sur le plan local, je peux affirmer que le bilan est négatif. En ce sens que les clubs ivoiriens ont toujours peiné sur le continent. Cependant, sur cet aspect, il faut tout de même être indulgent envers lui. Car, les présidents de clubs sont eux aussi à la base de cet échec. J’avoue aussi pour ma part, qu’il a échoué au niveau de la formation. D’aucuns diront qu’il a remporté la CAN cadette 2013. Cette récompense est le fruit des efforts des présidents de centre que nous sommes. 

N’y a-t-il pas néanmoins quelques actions positives lors de ses deux mandats ?

Bien sûr.  C’est vrai que tout n’a pas été rose. Mais sur le plan international, il faut dire que le bilan est positif. Et même sur le plan local, il y a eu de bonnes choses. Je tiens à saluer l’augmentation de la subvention et tous les efforts que Sidy a faits pour doter des communes d’un terrain synthétiques

Aujourd’hui, ils sont de plus en plus nombreux à vouloir succéder à Sidy.  Comment voyez-vous toutes ces candidatures ?

C’est de bonne guerre.  Et cela prouve que la démocratie existe aussi au football. Maintenant c’est aux candidats d’investir le terrain pour vendre leur projet pour le football ivoirien. Mais quand, je regarde, le meilleur profil pour moi est Sory Diabaté. C’est vrai que c’est la même école avec Sidy. Mais, ce n’est pas parce que le président sortant a échoué à un certain niveau que son vice-président ne peut pas redresser la barre. 

Vous prenez fait et cause pour le président de la Ligue professionnelle. Qu’est-ce qui motive votre choix ?

 De tous les candidats, il est celui qui m’a rencontré à plusieurs reprises pour me parler de son programme. Le moins que je puisse dire est qu’il maîtrise parfaitement le football local. J’ai été séduit par son projet. Il a une expérience et une parfaite connaissance de notre football. Le fait d’avoir travaillé avec les différents comités directeurs font de lui quelqu’un de très outillé. 

Pourtant sa candidature est mal vue par certains à cause de ses accointances avec le président Sidy…

 Je suis désolé. Mais, il a d’énormes qualités. S’il y a un consensus autour de sa personne,  c’est sûr qu’on aura des résultats probants pour le football ivoirien. 

Avez-vous été approché par les autres candidats ?

Oui. Le camp Drogba m’a appelé par le biais de Zoro Marc. Les autres aussi m’ont approché. J’aurai le temps de les écouter. Mais je dis et je le répète, Sory a  le meilleur profil. Je l’ai déjà signifié lors d’un passage télé. 

Justement, cela vous a valu des injures sur les réseaux sociaux de la part des partisans de Drogba. Que répondez-vous à toutes ces attaques ?

C’est dommage. J’ai été étonné de ces réactions. Et ça m’a permis de comprendre qu’il ne faut pas être dans un camp autre que celui de Drogba. C’est incroyable. C’est vrai qu’en tant que football je l’ai admiré. Mais sur cette question d’élection, je suis désolé,  c’est un autre terrain. Je ne peux malheureusement pas le suivre aveuglément comme le souhaitent ses partisans. Je ne suis pas un suiveur. 

Dans cette bataille pour la présidence de la FIF, votre choix est vite fait. Peut-on vous qualifier d’homme de parole ou de conviction ?

Les deux. J’ai beaucoup critiqué le comité sortant. Et j’ai même dit à une réunion que je ne soutiendrai pas une candidature de Sidy. Mais, là je suis à fond pour Sory. Il m’a présenté un projet qui m’a beaucoup séduit. Si l’élection devrait avoir lieu maintenant, je voterai pour lui.

                        Interview réalisée par V. Soumahoro




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *